Ahhhh summer holidays…

Vous vous rappelez de ces vacances interminables d’été? de ces vacances interminables que rien ni personne ne peut les rendre exaltantes (sauf un amour d’été bien sur)? Si vous en êtes nostalgique c’est que vous êtes comme moi: depuis trop longtemps dans le « marché du travail » mais encore suffisamment jeune pour avoir encore l’illusion de pouvoir recréer ce sentiment.
Du coup chaque année (ou presque), il est indispensable pour moi de poser plus de deux semaines de congé… Et quand je ne peux pas, j’ai le sentiment de ne pas avoir eu droit à de « vraies » vacances!
Pourtant, ma soeur peut en témoigner, mon seule plaisir est de ne « rien faire ». Oui oui observer le temps qui passer et râler parce qu’il passe trop vite voir culpabiliser pour l’absence d’envie de faire quelque chose.
Mais y a-t-il un plus grand plaisir que tourner les pages d’un livre à la plage ou sur son canapé sans avoir à penser aux tâches professionnelles, ménagères ou à toute forme de responsabilité pouvant exister. J’ai toujours été d’une nature rêveuse il est vrai, mais ma nouvelle vie à Paris l’a certainement exacerbée. N’avez-vous pas le sentiment d’avoir à optimiser votre temps de manière continue? Et je parle même pas des parents…
Mes tendances de « Control Freak » puisque la modernité l’impose, sont difficiles à retenir longtemps, mais durant les vacances, la donne change.
Prendre le temps d’observer les gens autour de soi, de ne pas être connectée à la seconde près (mon Iphone me tuera un jour), de savourer de ne pas être au courant des nouvelles du monde, de ne pas réfléchir à comment rendre utile chaque minute qui passe…
Quand j’ai repris mes études en option recherche, le temps ne passait pas suffisamment vite pour moi. Ma trépidante vie de consultante me manquait. Et pourtant je n’étais pas si épanouie que cela (professionnellement parlant). Mais il faut croire que finalement, le virus de cette vie si active m’avait « chopé ». Avec mes amis, à chaque rencontre, nous ne pouvions nous passer d’un nostalgique « aaaah qu’est ce qu’on donnerait pour revenir à ce moment d’insouciance où nous étions étudiants! »
L’insouciance Vs Le contrôle…
Anticiper le futur, contrôler le présent, combattre le passé sans lâcher prise sans ennui possible…
Mon futur (ou mon passé?) m’a rattrapé, je n’ai pas pu supporter de m’ennuyer aussi longtemps. Même en m’abreuvant d’articles de la Harvard Business Review ou en flânant dans Paris les cheveux au vent.
Et je me suis rendue compte alors que j’ai « vieilli » que j’ai perdu quelque part mon insouciance. C’est ce que j’essaye de retrouver alors durant chaque vacances…un peu de cette insouciance et de cet émerveillement facile.

Un ciel bleu permet toujours de trouver les réponses à ses questions vous ne trouvez pas?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :