Cultural gap #1

Je vous l’ai déjà introduit lors de mon précédent post, le voyage au Japon a été plus que révélateur.
J’en ai rêvé pendant longtemps (cf. Mémoire d’une Geisha !).
Mon imaginaire était peu alimenté d’a priori, stéréotypes, images préconçues ou culture locale comme ce que j’ai connu avant mon arrivée à Paris.
J’étais donc « vierge » de tout conditionnement.
C’est la première fois que cela m’arrivait. Je ne savais pas à quoi m’attendre, ce que j’allais découvrir, si j’allais en avoir et en voir assez.
Le rêve d’une vie qui se réalisait en une semaine seulement de voyage.
Je n’ai pu dormir d’excitation pendant plusieurs jours (avant et pendant le voyage).
Je ne fus pas déçue.
Le dynamisme de Tokyo, sa vivacité et son calme préservé dans certains quartiers, son modernisme, sa démesure et sa beauté, son respect de la propreté, rien n’était comparable à New York ni à Paris.
Un monde à part.
Je ne me suis jamais sentie oppressée même dans le quartier le plus peuplé de Tokyo: Shibuya.
Les mignonneries Kawaii, les collégiennes en uniforme, le look excentrique coloré des jeunes citadins….
Et tout d’un coup au beau milieu de ce bouillonnement citadin, dans un détour car nous nous étions un peu perdus… la perfection d’un jardin japonais:
Pour la première de ma vie, j’ai chuchoté devant autant de beauté, de calme et d’équilibre. Une preuve que l’impact fut grand (vu le nombre de fois où mon entourage me demande de parler doucement en vain!).
Je me suis équipée d’un excellent livre d’histoire du Japon. Cela m’a permis de mieux appréhender la culture, cette notion d’équilibre, l’importance de la discipline et de l’honneur.
Toutefois la plus grande découverte reste dans mon coeur Kyoto.
La culture du Zen et du minimalisme y est encore plus présente.
Je vous la présenterai lors d’un prochain article.
Tokyo m’a marqué par son gigantisme et son niveau avancé de technologie utilisé. Cette phrase est tout ce qu’il y a de plus trivial sur un séjour à Tokyo. Mais le plus important et le plus touchant dans cette expérience est  le sens de civisme et de politesse. La technologie n’a pu effacer cet aspect du quotidien japonais.
A Casablanca, les détritus sont jetés sans égards pour les personnes. Les hommes passent devant les femmes, croyant qu’ils ont toujours la priorité. Et de manière générale, cette ville ressemble plus à une jungle qu’à une ville.
A Paris, je suis bousculée, étouffée. Il arrive souvent qu’un passant me parle mal ou passe devant moi voir claque la porte sans la moindre parole d’excuse.
A Tokyo, ce qui m’a frappé le plus est le respect de l’espace de chacun et le respect du sens de la file, sans jamais personne pour prendre l’avantage sans égard pour l’autre.
Le métro était un moment d’observation sociologique et culturel passionnant. Se poser quelques minutes et remarquer la concentration de chaque geste porté. Pas de gestes superflus. Jamais de bousculade.
J’ai passé deux jours intenses et j’ai profité de chaque instant avant de me diriger vers Kyoto.
J’ai découvert les cimetières japonais aussi. La sérénité qui y reignait m’a imprégné du respect des anciens qui faisait partie intégrante de la culture japonaise.
Un apprentissage de plus sur ces traditions familiales.
Il me semble de le choc culturel est aussi dû au fait que je n’avais fait jamais de voyage en Asie auparavant.
Mais je reste convaincue qu’aucun pays asiatique ne m’aurait frappé d’un tel coup de foudre.
Y-a-t-il une destination qui vous a aussi marqué?
Ecrivez-moi!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :