Kaftan your way 2!

Suite de l’article Kaftan your way #1 (ici), je vous ai présenté les différentes modes et tendances des caftans mais aussi comment le choix d’un caftan aboutit.
[Allez jusqu’au bout de l’article, je vous montre mon caftan de mariage porté!]

 

Ce que j’ai n’ai pas encore abordé, c’est le passage initiatique pour toute jeune fille marocaine que représente le caftan.

Si le caftan est codifié sur l’objet même (les couleurs, la coupe, la couture…), il est aussi codifié sur sa façon d’être portée.
Le bal des débutantes:
A une certaine époque, les jeunes filles européennes prenaient des cours de posture et portaient des corsets.

Une jeune fille marocaine doit apprendre (sans cours, culture orale oblige) à marcher, danser, manger (ou faire semblant) avec un caftan de 20 cm plus long (avec 10 cm de talon), à se maquiller et se coiffer dans un cadre festif.

Telles des débutantes, le passage public en caftan à 18 ans représente la validation du statut de jeune femme (prête à marier si je veux faire du maivais esprit et ce n’est vraiment pas mon style! Mais du tout!).
Sans avoir des problèmes de Red Carpet, ces codes sociaux valident ce statut de la manière la plus efficace.
Sans vouloir là encore faire du mauvais esprit, je ne vais pas préciser que certaines jeunes femmes se sont mariées en validant ce statut grâce à un caftan.
Non je ne vais pas le faire même si vous insistez !
Ainsi donc le style et le produit du caftan valident une perception, un statut et une image pour en faire un objet du désir autant pour la personne même (qui va porter le caftan) que pour son entourage jusqu’à valider son coût (un à plusieurs mois de salaire).
Pourtant, nous pouvons aussi être des rebelles en caftan et c’est jouissif!
  • Marcher en caftan avec des talons de 12 cm:
    • Retirer les talons à partir de minuit et rester pieds nus ou en babouches brodées (version plus chic que pieds nus!)
  • Éviter les coiffures professionnelles avec de la laque (pas naturelles du tout!)
  • Choisir un maquillage des lèvres ou des yeux et PAS LES DEUX (à toutes celles qui osent le maquillage d’une voiture volée, mes hommages!)
  • Oser danser en caftan sans vérifier l’état de son maquillage ni de sa coiffure car sinon cela ne s’appelle pas s’amuser ah!
  • Oser danser sans vérifier si le « bogoss célibataire » de la soirée regarde de l’autre côté de la salle
    • Bogoss peut être mais pas du tout célibataire même si sa maman est dans le déni
  • Danser ou pas car danser c’est exprimer une joie et une communion avec les mariés: assister à un mariage par convention sociale ne donne pas vraiment envie de danser
    • Jusqu’au moment où toute ta famille insiste pour te faire danser (je n’ai jamais compris ce type d’insistance vous imaginez ça à un mariage français?), car elle tient à te rappeler l’anecdote où tu dansais à 2 ans (heureusement à l’époque il n’y avait pas de youtube ni de smartphone pfiou!), que donc toute ta famille te regarde droit dans les yeux « allezzzzz danse ! Il FAUT danser! »
    • Arbre de décision:
      • Option 1: y aller car tu es insouciante
      • Option 2: tu réponds non merci avec le sourire poli « longue journée » « c’est bon je suis devenue adulte chiante »
    • En vrai c’est surtout que dès que tu montes sur la table, « on » (les autres) analysera chaque pas de danse : « eh ben elle est vivement intéressée par trouver un fiancé… » (mais non pas du tout!)
Malgré tout, j’adore les caftans car quand ils sont réussis, ils sont d’une élégance incroyable.
Une fois en harmonie avec la personne qui le porte, il est la met en valeur qu’elle soit grande, petite, brune, blonde, ronde, maigre… peu importe.
En harmonie, il embellit et apporte une touche de magie à la silhouette.
Une touche de magie certainement liée à un inconscient qui lie le caftan à une image de princesse orientale ou moyenâgeuse.
Comment s’approvisionner?
Plusieurs possibilités sont possibles aujourd’hui:
  • Du prêt à porter:
    • De plus en plus plébiscité pour la facilité d’achat (nous pouvons voir le produit fini, pas de surprise!) plusieurs créateurs se sont lancés sur ce marché
  • De la location ou demander un caftan à son entourage pour une soirée:
    • La parfaite solution pour une invitation de dernière minute et pas de temps ni de budget pour choisir
  • Du sur mesure
    •  L’option idéale quand tout se passe bien, car cela s’adapte au mieux aux goûts personnels, mais la difficulté réside dans le choix de son couturier et le choix/achat de(s) tissu(s)
Pour toutes ces options, la seule valeur sûre est le bouche à oreilles et la recommandation d’amies ou familles.
C’est ce sur quoi j’ai compté.
Je vous raconterai dans un prochain post ma rencontre avec Karam.
Tout a commencé avec un besoin personnel:
  • J’étais loin et donc avait besoin d’être rassurée en visualisant par des photos/images (de dessins et d’avancement des travaux) sans avoir à me déplacer
  • J’avais une idée (très) arrêtée de ce que je souhaitais comme produit « artistique » (je prends le caftan pour un sujet très sérieux!)
  • J’avais besoin d’une couturière qui m’était proche en matière d’inspiration (pour ne pas avoir de surprise) et qui pouvait faire preuve de bons conseils si je me gourais en matière d’association (ça m’arrive d’être humble!) 
Et Karam y a parfaitement répondu. La suite dans quelques jours!
Un aperçu résultat final comme promis:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :